• Nice
  • Cannes - Antibes - Grasse
  • Est & Centre Var
  • Toulon - Marseille
DIRECT
00:00 / 00:00
?>

Politique

Thierry Mariani n’est plus le chef du RN au conseil régional

Il se voyait président de la région Provence Alpes-Côte d’Azur. Finalement, Thierry Mariani n’est même plus chef du groupe Rassemblement national au conseil régional.

Un an après les élections, l’élu dit renoncer à ses fonctions pour se consacrer « plus amplement » à son mandat de député européen.

C’est donc le vice-président Franck Allisio qui lui succède à la présidence du groupe d’extrême-droite de la région.

Législatives : score historique pour le RN en PACA

Comment Emmanuel Macron va-t-il gouverner sans majorité absolue à l’Assemblée ? C’est la question ce lundi après le vote du second tour des législatives.

La majorité présidentielle va occuper 245 sièges, la Nupes 131 et le Rassemblement national 89. C’est un score historique. Le parti d’extrême droite s’impose comme la troisième force politique du pays.

Du côté des ministres en place, ça passe pour Elisabeth Borne, Gérald Darmanin, Damien Abad et Gabriel Attal. Certains en revanche ne sont pas réélus, ils doivent démissionner. C’est le cas d’Amélie de Montchalin, la ministre de la Transition écologique ou de Brigitte Bourguignon, la ministre de la Santé.

Dans les Alpes-Maritimes, le parti de Marine Le Pen passe de zéro à trois circonscriptions. Dans la deuxième, à Vence, le sortant Loïc Dombreval est battu par Lionel Tivoli. Victoire dans la quatrième, à Menton, d’Alexandra Masson face à la sortante Alexandra Valetta Ardisson. Et puis dans la sixième, Bryan Masson, est élu face à Jean-Bernard Mion.

Qu’en est-il en Provence ? Le point avec notre rédaction.

Législatives : quelle mobilisation pour le second tour en Paca ?

La Nupes et la majorité présidentielle sont au coude à coude en vue du second tour des législatives prévues dimanche prochain. « Ensemble » veut obtenir la majorité absolue et la Nouvelle union populaire écologique et sociale ambitionne de devenir la première force d’opposition. Le Rassemblement national, lui, espère obtenir une trentaine de sièges -au minimum- lors de ce scrutin.

Tout l’enjeu de la campagne du second tour va donc être, pour les différents camps, de convaincre les abstentionnistes. Dimanche dernier, plus d’un français sur deux ne s’est pas rendu aux urnes.
Notre radio est allée à leur rencontre.

Législatives : la majorité présidentielle et la NUPES au coude à coude

21 442 voix. Voilà l’écart qui sépare la majorité sortante, Ensemble, d’Emmanuel Macron et la Nupes de Jean-Luc Mélenchon : près de 26% pour chacun des deux partis ! Le Rassemblement National devient, lui, la troisième force politique du pays, après ces législatives marquées par un record d’abstention, plus d’un électeur sur deux ne s’est pas rendu aux urnes.

Parmi les personnalités engagées dans ce premier tour, on note l’élimination surprise d’Eric Zemmour dans la quatrième circonscription du Var. Il lui a manqué un peu moins de 1 000 voix pour se qualifier.

Dans les Alpes-Maritimes, que retenir de ce premier tour ? Daniel Jacomella fait le point.

Législatives : les électeurs dans le flou

Les électeurs sont appelés à voter dimanche pour le le premier tour des législatives. Pour ceux qui ne pourront pas aller voter, il est encore temps de faire une procuration.

L’enjeu ? Élire les députés qui voteront et feront les lois pendant cinq ans. Dans les Alpes-Maritimes, il y a neuf circonscriptions et plus d’une centaine de candidats. Pas toujours évident de s’y retrouver nous racontent ces habitants de Nice et Cagnes-sur-Mer.

Cédric Herrou n’a pas injurié Eric Ciotti selon la justice

Le militant Cédric Herrou n’aura finalement pas à verser 2 000€ au député niçois Eric Ciotti. La Cour de cassation a annulé le jugement.

L’agriculteur de la Roya avait été reconnu coupable d’injure publique en 2018 après avoir déclaré que l’élu était « le plus gros porc français ».

La Cour a finalement considéré que ces propos n’allaient pas au-delà des limites admissibles de la liberté d’expression dans le cadre du débat politique.

Nice : Philippe Vardon a déposé plainte contre Benoît Kandel

Un nouvel épisode vient de s’écrire dans le feuilleton des législatives, dans la troisième circonscription des Alpes Maritimes. Philippe Vardon a porté plainte ce week-end contre Benoît Kandel pour “mise en danger de la vie d’autrui”.

Le candidat d’extrême droite, tout juste exclu du Rassemblement national, a vu son adresse personnelle être divulguée sur les réseaux sociaux par son opposant, adoubé lui par le RN. Benoît Kandel a en fait publié sur Twitter le courrier d’exclusion de Philippe Vardon du Rassemblement national. Le message est resté en ligne pendant près de trois heures.

Photo : Twitter Philippe Vardon

Qui est Elisabeth Borne, la nouvelle Première Ministre ?

C’est une première depuis Édith Cresson, sous le mandat de François Mitterrand, une femme a été nommée Première Ministre. Hier soir, Elisabeth Borne a été choisie par Emmanuel Macron pour son second mandat. Et ce n’est pas sa première entrée dans le clan Macron. Anciennement membre du Parti Socialiste, Elisabeth Borne a rejoint la République en Marche en 2017. Dès lors,

Elisabeth Borne succède à Jean Castex au poste de premier ministre

C’était dans les tuyaux, c’est désormais officiel. Élisabeth Borne prend la succession de Jean Castex et devient la première ministre du second quinquennat du Président Macron. L’ancienne ministre du Travail devient la deuxième femme à occuper ce poste, après Édith Cresson (entre 1991 et 1992). Crédit image : AFP

Législatives : l’union de la gauche validée par le PS

Le Conseil national du Parti socialiste a adopté, à 62 % ce jeudi soir, l’accord avec La France insoumise pour les élections législatives des 12 et 19 juin. L’accord a été validé par 167 voix pour, 101 contre, et 24 abstentions.Les débats ont duré quatre heures et fait débat parmi les partisans et opposants de l’alliance scellée avec LFI, Europe Écologie-Les Verts et le Parti communiste français.

En dépit du soutien de Martine Aubry, figure historique du parti, cet accord ne fait en revanche pas l’unanimité en interne chez les socialistes. Les dissidents risquent l’exclusion pure et simple du parti.

On attend désormais de connaître les candidats qui représenteront la gauche dans les Alpes-Maritimes, le Var et les Bouches-du-Rhône. Ils ont jusqu’au 20 mai pour se déclarer en préfecture.