Suivez nous sur :

L’ACTUALITÉ DE VOTRE RÉGION

Le Tribunal de Commerce de Paris se penche à nouveau sur l’avenir de Casino


12 février 2024

Une semaine supplémentaire est accordée pour clarifier la situation des emplois menacés chez Casino, le tribunal de commerce de Paris devant examiner lundi le plan de sauvetage du distributeur en difficulté. Cette audience intervient sept jours après un ajournement demandé par les syndicats. Dirigeants d’enseignes, représentants de la direction et des repreneurs, ainsi que des représentants des 50 000 salariés en France étaient tous présents lors de la précédente audience. Exception faite de Jean-Charles Naouri, actuel PDG pour encore quelques semaines. Cependant, le tribunal a accepté la demande du CSEC (Comité Social Économique Central) de reporter les débats d’une semaine afin de résoudre l’absence d’un “volet social” dans le plan de sauvetage.

Les avocats du CSEC ont argumenté que ce volet est essentiel dès lors que des réductions d’emplois sont envisagées. Depuis la négociation du plan de sauvegarde, le groupe a conclu un accord avec Auchan, Intermarché et Carrefour pour céder 288 magasins, entraînant le transfert de quelque 12 800 salariés, et potentiellement des conséquences pour les fonctions support restantes.

Dans l’ensemble, les syndicats estiment que 6 000 emplois sont à risque. À la sortie de l’audience, les avocats du CSEC ont indiqué attendre des engagements de la part de la direction actuelle et future, sans renégociation du plan de sauvetage discuté pendant des mois. L’intersyndicale a déclaré que des plans de départs volontaires ont été promis par les représentants du consortium de repreneurs, avec des indemnités “supra-légales” pour les employés licenciés, mais elle attend des engagements précis.

Le tribunal a jusqu’à la fin de la période de sauvegarde accélérée, le 25 février, pour valider le plan. Ensuite, les augmentations de capital auront lieu en mars, suivies d’une assemblée générale des nouveaux actionnaires pour statuer sur la nouvelle composition du conseil d’administration. Les magasins cédés le seront en trois vagues successives jusqu’en juillet. Quant à ceux non retenus par Auchan, Intermarché ou Carrefour, des “marques d’intérêt” de concurrents ont été reçues.

Le réseau restant comprendra plus de 6 000 magasins de proximité sous diverses enseignes, ainsi que l’e-commerçant CDiscount, les magasins Franprix et Monoprix, avec ses 800 magasins et 20 000 employés.

L’AMBIANCE QU’IL VOUS FAUT

NOS WEB RADIOS


Suivez nous sur :